Aidez votre enfant à faire face à l’intimidation

Il y a de fortes chances que votre enfant soit victime d’intimidation à un moment de sa vie. La première chose que vous pouvez faire si votre enfant est victime d’intimidation est de l’encourager à en parler avec vous. Assurez-vous d’écouter de manière à ne pas porter de jugement et à encourager votre enfant à se sentir en sécurité. S’il a du mal à en parler, donnez un cahier à l’enfant et demandez-lui d’écrire à ce sujet. Si votre enfant ne souhaite pas vous parler de l’intimidation, voyez s’il désirerait en parler avec un autre adulte de confiance, comme une tante, un oncle, ou un conseiller d’orientation scolaire.

Il serait bon de demander à votre enfant de vous dire ou d’écrire autant de détails spécifiques que possible sur l’intimidation. Si cette dernière se produit en ligne, sauvegardez tous les messages. S’il y a des blessures physiques ou des dommages, assurez-vous de photographier et de documenter les blessures. Si l’intimidation a lieu à l’école, informez l’enseignant de l’enfant et le directeur de la situation. Restez en contact avec les enseignants et le directeur et informez-les de tout incident d’intimidation supplémentaire. Documentez toutes vos échanges avec les responsables de l’école. Si l’intimidation devient physique à tout moment, ou si votre enfant est menacé, vous pouvez le signaler à la police.

Votre implication en tant que parent dépend du niveau d’intimidation. Votre travail le plus important est de veiller à ce que votre enfant se sente toujours bien dans sa peau. Expliquez que les intimidateurs intimident parce qu’il y a quelque chose qui les empêche de se sentir bien dans leur peau. Répétez à votre enfant qu’il n’y a rien qui ne va pas en lui. Rappelez à votre enfant qu’il n’est pas à blâmer pour l’intimidation et qu’il est une bonne personne. Essayez de maintenir leur estime de soi et aidez-les à reconnaître leurs qualités positives.

Travaillez avec votre enfant sur l’élaboration d’un plan de lutte contre l’intimidation. Entraînez-vous avec lui à réagir aux situations d’intimidation. Rappelez-lui de s’affirmer sans adapter une attitude agressive. La violence n’est pas la solution, même lorsqu’elle est utilisée en légitime défense. N’encouragez pas l’approche œil pour œil face à l’intimidation ; il est important que la violence soit complètement évitée. Au lieu de cela, apprenez à votre enfant à s’affirmer. C’est une compétence qui l’aidera tout au long de sa vie !

Apprenez à votre enfant comment utiliser la communication assertive pour avancer une déclaration au cours d’une conversation face à face avec l’intimidateur. Commencer la phrase par « Je », puis exprimer ce que l’enfant ressent, quelle en est la cause, et ce qu’il désire obtenir de cette situation. Par exemple : « Je me sens irrespecté quand tu me traites de tous les noms, arrête s’il te plaît. » Cette déclaration devrait être faite avec un ton de voix fort et ferme, et l’enfant devrait avoir une posture droite et un contact visuel direct avec l’intimidateur. Pour les enfants, c’est plus facile à dire qu’à faire ! Assurez-vous donc de pratiquer avec votre enfant ses affirmations de soi, en utilisant des scénarios et des jeux de rôle. Si nécessaire, l’enfant doit répéter sans cesse la déclaration pour s’assurer que l’intimidateur comprend ce que votre enfant ressent et ce qu’il veut obtenir de cette situation.

Parfois, il suffit d’avoir cette conversation pour que l’intimidation cesse. Malheureusement, à d’autres moments, l’intimidation est à un niveau plus avancé. S’il y a un risque de violence physique ou de comportement menaçant, l’enfant doit immédiatement quitter les lieux et en informer un adulte de confiance. Votre enfant devrait relater à l’adulte exactement ce que l’intimidateur a dit et fait, et les mesures que votre enfant a prises pour tenter de mettre fin à l’intimidation (en communiquant de manière assertive). Rappelez à votre enfant que sortir de la situation n’est pas une lâcheté, mais plutôt un acte sage permettant d’éviter la confrontation et l’escalade de la violence. Dire à un adulte quand il est victime d’intimidation est un moyen efficace de mettre fin à l’intimidation, car l’intimidateur ne veut pas se faire prendre. Dites à votre enfant qu’il doit s’adresser à vous s’il est victime d’un intimidateur ou s’il voit d’autres personnes se faire intimider.

Encouragez votre enfant à s’entourer d’amis lorsque l’intimidation a lieu. S’il voit l’intimidateur s’approcher, il doit aller jouer ailleurs. Enfin, il est important de se rappeler d’être un bon citoyen à tout moment. Il est primordial qu’à notre tour, on n’intimide personne, car nos enfants apprennent de nous. Chaque fois que nous voyons ou entendons une personne intimider une autre, que ce soit entre frères et sœurs, parents ou amis, nous devons signaler à nos enfants que cela est faux et qu’il ne faudrait pas le faire.

Rédigé par Darine El Masri.
© Hachette Antoine S.A.L.

Articles récents

Évenements

Aucun événement trouvé !